Istanbul, 17 juillet 2016: Des déserts inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité

Le Comité du Patrimoine Mondial de l’UNESCO, réuni à Istanbul du 10 au 17 juillet, a inscrit huit sites sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité, dont le Désert de Lout (Iran) et le massif de l’Ennedi (Tchad).

Ces inscriptions aux titres de site naturel (Désert de Lout) et de site naturel et culturel (Massif de l’Ennedi), favoriseront leur préservation et leur valorisation et confortent l’idée d’intégrer, dans la lutte contre la désertification, la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des régions affectées. En effet, il est essentiel que l’on reconnaisse pleinement que la dimension culturelle est le quatrième pilier du développement durable, au même tire que le social, l’environnemental et l’économique.

IDENTITE CULTURELLE 

 

L'art comme butin de guerre

Les situations de révolutions, de conflit et les changements de régime voient toujours la violence symbolique se déchainer contre les œuvres d’art. France Culture propose une série documentaire de 4 émissions sur l'art comme butin de guerre.

1/4 "Quand le butin artistique de guerre devient une tradition et que les musées dont les collections ont été disséminées doivent inventer des solutions…"

2/4 "Quand les changements de régime passent par la destruction des œuvres d’art et que l’on doit inventer des moyens de protéger le patrimoine en temps de guerre."

3/4 "Quand l’iconoclasme révolutionnaire donne naissance à la notion de musée et de protection du patrimoine."

4/4 "Tu ne convoiteras pas l’objet d’art de ton voisin : la restitution en question."

« Djenné offre un exemple éminent d’ensemble architectural illustrant une période historique significative. Elle a été considérée tantôt comme la plus belle d’Afrique, tantôt comme la ville africaine type ».

C’est sous ces indications que Djenné a été inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Villes anciennes de Djenné, Mali

« Djenné offre un exemple éminent d’ensemble architectural illustrant une période historique significative. Elle a été considérée tantôt comme la plus belle d’Afrique, tantôt comme la ville africaine type ».  C’est sous ces indications que Djenné a été inscrite sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Blues de Segou

Bassekou Kouyaté, artiste malien de renommée mondiale, mène un noble combat : faire connaître les instruments africains. «L’Afrique doit bouger ! On ne doit pas rester comme ça. J’ai fait quatre fois le tour du monde. Partout on me parle de blues ou de jazz et de guitare électrique et de basse. Or, en Afrique, nous avons des instruments qui n’ont pas été exploités. C’est à nous de montrer au monde entier ce que nous avons. Personne ne peut le faire à notre place."

Le Foundou de Bechar

Aux premières notes du luth on reconnnait la touche inimitable d'Alla, cet homme du désert aux doigts d'or.

 Il nous transporte dans cet espace immense et pourtant si près du coeur.